L’application mobile, (r)évolution du journalisme ?

Les ordinateurs ont concurrencé la télévision et changé notre manière de consommer l’information. Plus récemment, les écrans mobiles tels les smartphones et les tablettes sont apparus sur le marché et bouleversent une nouvelle fois les pratiques des citoyens et des journalistes. Les rédactions ne manquent pas d’idées pour s’adapter et évoluer avec ces nouveaux supports. Au détour d’un atelier professionnel, des journalistes viennent en discuter lors des septièmes Assises du Journalisme.

Cyril Petit, Yann Guégan et Alexandre Sirois sont unanimes, l'évolution du journalisme passe par une adaptation aux supports mobiles.

Cyril Petit, Yann Guégan et Alexandre Sirois sont unanimes, l’évolution du journalisme passe par une adaptation aux supports mobiles. (Crédit : S.H.)


« En terme d’information mobile, il y a une vraie différence entre les smartphones et les tablettes. La tablette favorise l’immobilité », souligne Cyril Petit, rédacteur en chef du Journal du Dimanche. Le smartphone permet un accès quasi-instantané à un flux d’information. L’innovation de la tablette, c’est qu’elle permet en tous lieux la lecture intégrale d’un journal. Au 31 décembre 2012, la France comptait près de 27 400 points où l’on pouvait encore se procurer la presse papier. C’est 4% de moins que l’année précédente. « La tablette est une façon d’amener le journal au lecteur. Le but c’est vraiment de venir dans le lit du lecteur. Pour ceux qui ne veulent pas aller jusqu’au kiosque, on amène le journal avec toutes ses informations », poursuit le journaliste. Pour le JDD comme pour de nombreux autres journaux français, le choix est clair : il faut d’abord conserver une maquette traditionnelle mais la vendre en format PDF. Et cela n’empêche pas le développement d’une application re-maquettée pour une navigation optimum sur tablette. « Le vrai plus éditorial, c’est la une sur chaque rubrique. On a créé des surprises, on a ajouté des vidéos, des infographies spécifiques. On a utilisé à fond toutes les possibilités que nous offre le support mobile ».

Réinventer le journalisme

Outre-Atlantique, le quotidien québécois La Presse ne mise pas sur le même cheval. « L’application est l’avenir du journalisme à nos yeux, de par la forme et le fond. On garde le papier et le web mais on pense avant tout à la tablette. Pour nous, le modèle de presse papier n’est pas viable, mais la tablette, on l’espère », déclare Alexandre Sirois, responsable des pages Monde au sein du plus vieux journal francophone d’Amérique du Nord. Effectivement, la tablette comme le web permettent d’économiser des coûts de production considérables liés à l’impression. « Le thème des Assises 2013 est Réinventons le journalisme et c’est notre préoccupation. Après 4 ans de travail et des moyens, ça a donné La Presse +. Tous nos efforts sont mis pour faire la meilleure application possible », plaide le journaliste canadien, en exposant les atouts de son application sur l’écran géant. L’application est à la fois originale et révolutionnaire de par sa philosophie : le texte n’est plus le support d’entrée principal d’un article. Un sujet est ainsi traité sur plusieurs supports à la fois, de manière à garantir une information stimulante et multisupport. Dans la salle, la démonstration laisse l’auditoire bouche bée. « Quand on voit La Presse +, on fait « wahou » mais il n’y a pas de secret, il faut des moyens », lâche Cyril Petit. « Nous on a des outils et ils nous permettent d’être « wahou » aussi, clame Yann Guégan, rédacteur en chef-adjoint de Rue89, on espère vraiment qu’un écosystème va se créer autour de ça ».

« Le journaliste, un peu chef d’orchestre »

« Le rôle du journaliste a changé. Quand il part sur le terrain, il est un peu le chef d’orchestre, le réalisateur. On part avec un vidéaste ou avec un photographe ? Nous sommes devenu le chef d’orchestre à la tête d’une équipe talentueuse », lâche Alexandre Sirois. Ces dernières années, la demande en vidéo a explosé et les applications doivent mêler esthétisme et multimédia. « Le lecteur, il faut lui parler à son cerveau, ses yeux et ses doigts. Les anglais parlent de « laidback expérience », je suis allongé, tranquille, relaxé et je reçois l’info. Parler aux doigts c’est aussi offrir des bonus et des gadgets lorsque c’est pertinent », explique Yann Guégan. « L’avantage avec la tablette, c’est aussi qu’on a un beau support avec des possibilités et un beau rendu des photos ». Un avantage dont le pure player essayera de tirer parti avec le lancement de Rue89 Week-end, une application dédiée aux tablettes. Et Yann Guégan y va même de sa plaisanterie : « Avec le Journal du Dimanche, on sera en concurrence le dimanche sous la couette !»

Simon Hue 

Publicités

Une réflexion sur “L’application mobile, (r)évolution du journalisme ?

  1. Pingback: Pas facile de réinventer le journalisme | Les Assises du Journalisme 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s